La bio en Auvergne Rhône-Alpes
Si vous êtes agriculteur bio et que vous souhaitez mettre à jour les données de votre exploitation en ligne cliquez dans Contribuer à l'observatoire de l'AB

 

aura

 

 

Au 1er janvier 2016 fusionnaient l’Auvergne et Rhône-Alpes, deux anciennes régions aux profils contrastés au regard de l’agriculture biologique, mais complémentaires ! C’est ainsi une région agricole au patrimoine naturel remarquable et au potentiel agrotouristique exceptionnel qui voit le jour. Avec près des 2/3 des surfaces agricoles en zone de montagne, la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes devient une région importante de polyculture-élevage bio, aux productions diversifiées, pesant lourd dans la balance nationale.

 

2ème région de France en nombre d'exploitations bio

5 380 fermes en agriculture biologique ou en conversion vers l’AB fin 2017.

Le nombre de fermes engagées en bio dans la région a progressé de + 48 % en 5 ans, de + 13 % en 1 an.

10 % des exploitations régionales sont engagés en agriculture biologique.

Source : Agence bio / OC.


 

Zoom sur les nouvelles fermes bio

En 2018, les paysans d'Auvergne-Rhône-Alpes n'ont jamais été aussi nombreux à choisir la bio

Ces trois dernières années sont des années record pour le développement de l’agriculture biologique, au niveau national et régional. Les agriculteurs sont nombreux à faire le choix de ce mode de production.

Environ 700 fermes ont fait le choix de l’AB pour la 1ère fois en 2017, comme en 2016.

Elles sont plus de 900 nouvelles fermes bio en 2018 !

Source : estimations à partir des notifications à l’Agence bio.

 

 

Des engagements largement motivés par l'éthique

Les paysans ont été nombreux à choisir l’agriculture biologique dès l’installation ou à convertir leur ferme à l’agriculture bio. Ce choix est motivé largement par l’éthique afin de contribuer à la préservation de l’environnement et de la santé humaine tout en respectant le bien-être animal. Elle est aussi envisagée comme une solution pour pérenniser les exploitations :

  • Recherche d'une meilleure valorisation économique des produits en accédant à des marchés plus rémunérateurs et stables à l’heure où certaines filières conventionnelles connaissent des difficultés.

  • Amélioration de la résilience des fermes par l’optimisation des pratiques, un défi technique qui permet à certains, en passant en bio, de se réapproprier réellement leurs métiers et d’être moteurs de dynamiques collectives autour de pratiques innovantes.

pourquoiABSource : enquête FRAB AuRA, 2018.

 

Zoom sur les nouvelles productions

Des entrées en bio à travers une grande diversité de productions

L’agriculture biologique progresse sur toutes les productions mais certaines se démarquent par leur développement particulièrement rapide.

aurafermeproduction

L’année 2016 a été marquée par les engagements en agriculture biologique de la part des élevages de bovins lait. Ces conversions à l’AB ont été moins nombreuses en 2017 et 2018. A noter, dû à des conversions non simultanées des surfaces et des cheptels, une partie des fermes ayant pour production bio principale les surfaces fourragères, sur le graphique, sont des élevages de vaches laitières. Une dynamique de conversions a été observée également pour les élevages de bovins viande en 2016 et 2017.

En grandes cultures, la dynamique de conversion connue en 2016 et 2017 s’est accélérée en 2018.  En maraîchage, la dynamique d’installation en agriculture biologique s’est renforcée en 2017 et 2018. De plus, l’année 2018 se démarque par des engagements nombreux de la part de producteurs de fruits et de viticulteurs.

Ces tendances régionales sont similaires au niveau national.

Source : Notifications Agence bio.

 

Une forte progression des surfaces cultivées en agriculture biologique

232 103 ha bio fin 2017, soit :

160 844 ha certifiés bio.

7 1260 ha en conversion.

 

Avec une progression de : + 68 % en 5 ans et + 14 % en 1 an.

 

Les surfaces certifiées biologiques ou en conversion vers l’AB représentent 8 % du total de la SAU des exploitations agricoles de la région (qui est estimé à 2 827 100 ha en 2017).

 

Sources : Agence bio/OC 2017; Mémento de la statistique agricole, édition 2018, Agreste Auvergne-Rhône-Alpes.

 

 

Une présence de l’agriculture biologique contrastée selon les départements

2019-0034CarteAURAAB2