Espace restaurants collectifs
Si vous êtes agriculteur bio et que vous souhaitez livrer la Restauration Collective, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La loi EGAlim : ça bouge dans les restaurants collectifs        

Le 30 octobre 2018 une nouvelle loi est promue. Cette loi nommée loi « EGAlim » comporte différents mesures concernant la restauration collective publique et privée.

Afin de garantir l’accès à une alimentation plus saine, sûre et durable, la restauration collective est un secteur évident à transformer et en cours de mutation.

Ces mesures sont les suivantes :

  • Au moins 50% de produits de qualité et durable dont au moins 20% de produits biologiques
  • Information obligatoire des convives une fois par an
  • Expérimentation de l’affichage de la nature des produits
  • Information nutritionnelle
  • Plan pluriannuel de diversification des sources de protéines
  • Expérimentation d’un menu végétarien par semaine
  • Interdiction des ustensiles en plastique à usage unique
  • Interdiction des bouteilles d’eau plate en plastique
  • Interdiction des contenants alimentaires en plastique
  • Diagnostic et démarches de lutte contre le gaspillage alimentaire
  • Interdiction de rendre impropres à la consommation les excédents alimentaires encore consommables
  • Proposition de convention de dons aux associations habilités

Certaines de ces mesures sont plus facilement applicables que d’autres.

             

Au moins 50% de produits de qualité et durable dont au moins 20% de bio

D’ici  le 1er janvier 2022, les restaurations collectives devront être approvisionnées d’au moins 50% de produits de qualité dont au moins 20% issus de l’Agriculture Biologique.

Définition d’un produit de qualité :

  • Produits issus de l’Agriculture Biologique : à hauteur de 20% minimum
  • Produits Sous Signes Officiels de Qualité et de l’Origine (SIQO) : Label Rouge, AOP, IGP, AOC, STG
  • Produits issus de mentions valorisantes : HVE et mention « fermier »
  • Produits bénéficiant de l’écolabel Pêche Durable
  • Produits bénéficiant du logo « Région ultrapériphérique » (RUP)
  • Produits « équivalent » aux SIQO, labels, mentions
  • Produits issus de modalités prenant en compte les coûts imputés aux externalités environnementales liées à l’analyse du cycle de la vie

Le ratio de ces produits est à calculer à partir de la valeur HT d’achat en € de produits alimentaires par année civile.

Les signes de qualité et label possible dans la loi EGAlim :

SIQO-et-label

           

Diversification des sources de protéines

A partir du 1er novembre 2019, les restaurations collectives doivent proposer au moins une fois par semaine, un menu végétarien. A cela s’ajoute l’obligation de présenter un plan pluriannuel de diversification des protéines incluant des alternatives à base de protéines végétales dans les repas.
 
Infographie sur les légumineuses :
infographie
           

Lutter contre le gaspillage alimentaire

A compter de l’année 2019, les opérateurs des restaurations collectives doivent réaliser un diagnostic préalable à une démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire. A cela s’ajoute, une interdiction de rendre impropre tous aliments encore consommables. A travers la lutte contre le gaspillage alimentaire, les économies réalisées peuvent être ainsi réinjecter dans l’achat de produits alimentaires de qualité.

 
Infographie sur les gaspillage alimentaire :
Infographie-gaspillage
 

Source :

Les mesures de la loi EGAlim concernant la restauration collective, Conseil national de la Restauration Collective, Agriculture Gouv.

 

Pour en savoir plus :