Espace restaurants collectifs
Vous souhaitez partager votre expérience avec nous, n'hésitez pas, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. !

TomateS'inspirer des projets en cours et passés

Ils nous font confiance

Ils-nous-font-confiance

 

 

 

 

 

Manger Bio Local en Entreprise

Les démarches à destination des restaurants d’entreprise avec Manger Bio Local en Entreprise

Suivez l'actualité du projet sur le blog : www.mangerbiolocalenentreprise.fr

La FRAB AuRA, en partenariat avec FL conseil, propose d’accompagner des entreprises d'Auvergne-Rhône-Alpes et leurs sociétés de restauration dans une démarche de qualité des repas pris sur le lieu de travail avec une proposition régulière et croissante de produits bio locaux aux salariés. L’objectif est d’atteindre 20 % de produits bio locaux d’ici 3 ans dans chaque self et de toucher un potentiel de 15 000 convives par jour. A ce jour, 22 restaurants d'entreprise ont intégré officiellement le projet. Cette démarche unique en France est soutenue par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la DRAAF et le SNRC.

Le projet a été déployé au niveau national et un partenariat a été signé en 2017 entre la FNAB et Orange pour l'accompagnement de 14 restaurants ambassadeurs à Paris et en région avec l'objectif de développer le dispositif sur l'ensemble des sites Organe en France (138 restaurants).

Pour en savoir plus :

Contact à la FRAB AuRA :

Jessica BONVOISIN - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Avec l'ARDAB et Agribiodrôme

 

AgribiodromeLes cuisinARDABes centrales de la région se rencontrent pour mettre du bio local dans leurs assiettes !

Les groupements d’agriculteurs bio du Rhône-Loire (ARDAB), de la Drôme (Agribiodrôme) et la Fédération Régionale d’Agriculture Biologique d’Auvergne-Rhône-Alpes (FRAB AuRA) ont organisé une rencontre entre cuisines centrales de plus de 1000 couverts à Saint Priest le 8 janvier 2019. L’objectif est de permettre un temps d’échanges et de partage d’expériences sur l’introduction de produits bio locaux. Plus de 20 participants étaient présents, dont 12 cuisines centrales, principalement du Rhône, mais aussi de la Drôme, de l’Ardèche, de l’Ain et de l’Allier. Les plateformes Manger Bio Isère et Bio A Pro ont également participé, ainsi qu’une élue des Monts d’Or et une personne de la direction des lycées du Conseil régional. La plupart des cuisines centrales présentes ont déjà introduit des produits bio dans leurs menus, les taux allant de 4% à plus de 20% en valeur.

La cuisine centrale de Saint Priest (4000 repas jour) a présenté leur démarche d’introduction de produits bio et de qualité. Actuellement, la cuisine s’approvisionne à 30% en produits locaux, 10% en produits sous signes officiels de qualité (Label rouge, AOP, IGP) et 10% en bio, sans augmentation budgétaire

Afin d’introduire des produits bio et de qualité à budget constant, la responsable a mis en place une démarche de réduction du gaspillage alimentaire, avec une méthodologie de pesées par restaurants sur la production en cuisine et sur le reste à l’assiette.

La visite de la cuisine centrale a complété ce témoignage puis un temps d’échanges en groupes a permis de faire remonter les besoins des participants. Plusieurs thèmes sont ressortis : la rédaction des marchés publics pour introduire des produits bio locaux, l’approvisionnement et la formation sur les repas alternatifs (recettes créatives adaptées aux cuisines centrales et idées de menus avec des protéines végétales dans les différentes composantes).

Article rédigé par Anne Hugues, FRAB AuRA

Pour voir l'article au complet, cliquez ici, et rendez-vous sur le Bon Appétit de mai 2019

Contact :

  • Agribiodrôme : Marie CADET, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Marie CARRE Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • ARDAB : Carole DESCHAMPS, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Avec la FRAB AuRA

 

LOGO-FRAB-AuRA 72dpiLes Armées répondent « présent » à la loi EGAlim !

En début d’année, le centre interarmées du soutien, qui pilote la filière « restauration et loisir » (CIRL) a engagé une démarche expérimentale visant à atteindre les objectifs de la loi EGALIM (50% de produits de qualité dont 20% de bio) sur quatre restaurants pilotes d’ici fin 2019. Cette expérimentation est réalisée en étroite collaboration avec l’Economat des Armées (EdA), la centrale d’achats des armées en matière de produits alimentaires.

Pour la mise en œuvre de cette expérimentation, le CIRL est accompagné par la FRAB AuRA qui a mis en place un nouveau programme visant à accompagner les restaurants dans une démarche de qualité globale de l’assiette.

Cette méthodologie, qui permet de repenser en profondeur l’offre alimentaire et les process, repose sur trois piliers : les achats, les équipes et les convives, ainsi que sur des indicateurs d’activités simples et mesurables.

La FRAB AuRA se focalise en particulier sur la question du surcoût alimentaire. Afin de répondre à cette problématique, plusieurs actions ont été menées : analyse détaillée des achats et de la cartographie alimentaire, sensibilisation au gaspillage alimentaire, introduction de plats végétariens et flexitariens.

Cet accompagnement a déjà permis de dépasser les 30% de produits sous signes officiels de qualité (Bio, Label Rouge, AOP…) en moyenne sur les quatre sites, et devrait permettre d’atteindre l’objectif de 50% d’ici la fin de l’année !

Article rédigé par Sébastien Breuillé, FRAB AuRA

Pour voir l'article au complet, cliquez ici, et rendez-vous sur le Bon Appétit de novembre 2019

Contact à la FRAB AuRA :

 
Jessica BONVOISIN – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

Avec ADABIO

ADABionbManger bio et locale en restauration collective dans le secteur du Chablais/Leman.

C’est dans le contexte de la loi EGAlim que l’ADABio en partenariat avec le groupe Colibris du Leman, le collectif citoyen « Restauration collective bio locale Chablais » et le jardin de Cocagne « Pousses d’avenir », ont décidé d’organiser le mercredi 12 juin 2019 à PUBLIER (74) un moment d’échange autour des produits bio et locaux en restauration collective. Ce moment d’échanges a rencontré un vif succès puisque plus d’une trentaine de personnes étaient présentes dont des agriculteurs, artisans boulangers, élus, associations, cuisiniers ou encore gestionnaires de cuisine collective.

Les temps forts de l’après-midi :

  • La présentation du jardin de Cocagne, ses activités et ses liens avec la restauration collective du Chablais/Leman.
  • La présentation des fondements de Bio, de l’ADAbio et de l’accompagnement qu’elle propose aux cuisiniers, élus et agriculteurs afin de mieux valoriser les produits bio et locaux dans la restauration collective.
  • La recherche de solutions pour améliorer l’approvisionnement des structures de restauration : les filières agricoles locales, les contraintes liées aux marchés publics, les differentes options en matière de livraison des produits (gré à gré, la plateforme « La bio d’ici » ou encore les espaces de dépôt/livraison pour les agriculteurs).
  • Un décryptage de la loi Agriculture et Alimentation pour mieux anticiper l’avenir.
  • Des échanges sur l’utilisation de produits bio en cuisine (recettes, gestion des coûts, avantages, freins…)

La rencontre s’est achevée par une visite des jardins de la structure d’insertion, ce qui a permis de mieux connaitre le lieu, les produits proposés, l’infrastructure en place … et bien sûr de profiter de la magnifique vue sur le lac Léman.

Article rédigé par Benoît Dinnat, chargé de mission à l’ADABio

Pour voir l'article au complet, cliquez ici, et rendez-vous sur le Bon Appétit de septembre 2019

Contact :

Benoît DINNAT - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Avec Haute Loire Bio

HauteLoireBioLes cuisiniers retracent le parcours des produits bio et locaux en Haute-Loire

Plus facile d’introduire des produits bio et locaux pour les cuisiniers et les gestionnaires quand ils savent d’où ils viennent et comment ils sont produits ! Forts de cette hypothèse, Haute-Loire Biologique et le Conseil départemental de Haute-Loire organisent des visites trois fois dans l’année sur les exploitations bio.

Aux Ateliers de la Bruyère, à Langeac (43), les encadrants ont ouvert les portes de leurs serres et de leur légumerie pour faire découvrir leur mode de production en Agriculture Biologique, les conditions de fabrication des produits, les modalités de livraison, etc. Ils partagent leurs expériences d’approvisionnement de la restauration collective : du premier contact à la première livraison en passant par les modalités de fixation du prix.

Lors d’une visite sur une exploitation laitière à St Jean d’Aubrigoux (43), la productrice de yaourts bio a également rappelé que la garantie d'une fréquence de commandes par les établissements est une condition majeure pour organiser leur travail sur la ferme et approvisionner décemment la restauration collective. Le frein du coût matière a été désamorcé : 1€80 pour certaines cantines de collèges voire 4€/jr pour 4 repas en EPHAD.

En visite sur une ferme en viande bovine bio à Araules (43), les gestionnaires impliqués dans l'introduction de produits bio et locaux dans les assiettes ont souligné la diminution du grammage en viande et la motivation des équipes de cuisine comme des leviers essentiels.

Pour voir l'article au complet, cliquez ici, et rendez-vous sur le Bon Appétit de novembre 2019

Pour en savoir plus : Marine Meunier – Conseil départemental de Haute-Loire

Rencontres Manger local et bio en Haute Loire

Article écrit par Maire Poisson, Haute Loire Bio

Contact :

Marie POISSON - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.