La Fédération Nationale d’Agriculture Biologique et 6 autres organisations (Amis de la Terre, Confédération paysanne, France Nature Environnement, Greenpeace, Réseau Semences Paysannes et Union Nationale de l’Apiculture Française) ont démissionné du Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) le 13 avril pour dénoncer le manque de transparence et de débat scientifique au sein de cette instance. En effet, le HCB n’a pas publié l’avis d’un chercheur de l’INRA qui pointe les risques des nouveaux OGM. Or, l’enjeu est crucial car la Commission européenne va bientôt décider si les nouvelles techniques de modification génétique sont inclues ou pas dans la directive sur les OGM, en se basant notamment sur les positions des Etats membres. Et le gouvernement français se base sur l’avis du HCB. Si les nouveaux OGM étaient exclus de cette directive, ils échapperaient à toute évaluation, traçabilité et étiquetage en Europe.

Signez la pétition pour dire non aux nouveaux OGM : www.nouveauxogmjenveuxpas.fr

 

Trop cher ? L’agriculture bio ne produit pas assez pour fournir ?... Stop aux idées reçues ! Trop souvent entendus, ces arguments ne correspondent pas à la réalité. L’agriculture biologique française est aujourd’hui suffisamment développée pour couvrir 20 % des approvisionnements de la restauration collective. Les chiffres le prouvent ! La restauration collective représente 3 milliards de repas annuels. Sur la base des besoins journaliers d’un adulte (estimation haute, puisque 41 % du secteur est de la restauration scolaire), 400 000 hectares suffiraient pour approvisionner la restauration collective à hauteur de 20% de produits bio. Rappelons qu’aujourd’hui, la bio représente 1.2 millions d’hectares en France, et 220 000 ha ont été convertis pour la seule année 2015…
Par ailleurs, de nombreux établissements ont sauté le pas et montrent que c’est possible : la ville de Saint Etienne (100% Bio), la cuisine centrale d’Aubenas (50% de bio), le lycée Pablo Neruda en Isère, la crèche des Petits Mickeys, les restaurants d’entreprise du programme Manger Bio Local en Entreprise,… les exemples sont nombreux !

Logo Manger BEL 2016

Vous êtes producteur bio et commercialisez en circuits courts ?

Faites vous connaître en participant à la campagne Manger Bio et Local, c'est l'idéal" du 17 au 25 septembre 2016 !

Le rendez-vous des rhônalpins avec les producteurs bio près de chez eux pour leur faire découvrir (ou redécouvrir) la diversité des circuits courts en agriculture biologique.

Manger bio et local, c'est protéger l'environnement et sa santé, créer plus d'emplois et oeuvrer pour un profond changement dans l'agriculture et l'alimentation. 

> Plus d'info 

 Pour cela, un formulaire en ligne à remplir et 2 documents à télécharger et à renvoyer signés à Corabio :

 > le formulaire d'inscription en ligne pour orgagniser un événement du 17 au 25 septembre 2016 
telecharger > la charte des événements "Manger Bio et Local, c'est l'idéal" à signer
telecharger > l'engagement à signer pour utiliser le logo et slogan "Manger Bio et Local, c'est l'idéal"

Les journées « Enseigner la bio en Auvergne-Rhône-Alpes » se sont déroulées le 17 mars au lycée agricole de Brioude (43) et le 22 mars au lycée agricole des Sardières (01). Elles ont réunis près de 70 enseignants sur les 2 sites. Ces rencontres ont permis de nombreux échanges d’expériences : sur l’utilisation des exploitations des lycées pour aborder l’AB, qu’elles soient ou pas engagées en bio, ainsi que sur les innovations pédagogiques mobilisables pour enseigner la bio. Le réseau des fermes de démonstration bio a également été présenté comme un support pédagogique pour les enseignants. A travers des ateliers par type de cursus (BPREA, Bac pro, BTS), il ressort que les référentiels actuels permettent déjà d’enseigner la bio, en se servant notamment d’illustrations techniques issues de l’AB. Cependant, les enseignants ont exprimé un besoin de formations spécifiques, notamment sur la santé animale, et d’un appui de leur direction pour mettre en œuvre des modules bio ou bien évoquer la bio tout au long des cursus. Les actes de ces journées seront bientôt disponibles sur le site de Corabio et du GRAB Auvergne.

L’année 2016 commence fort ! Entre janvier et mars, ce ne sont pas moins de 86 nouvelles fermes rhônalpines qui ont choisi de s’engager en agriculture biologique, en s’installant directement en bio ou en démarrant la conversion d’une exploitation conventionnelle. Rhône-Alpes reste ainsi la 1ère région en nombre d’exploitations bio avec 3 203 fermes bio à la fin mars 2016. Fin 2015, les surfaces certifiées et en conversion atteignaient 101 091 ha, portant la région Rhône-Alpes au 4ème rang national. La part de bio y est supérieure à la moyenne nationale puisqu’elle représente 8 % des exploitations rhône-alpines et 7 % des surfaces régionales. Retrouvez les chiffres détaillés de la bio en Rhône-Alpes, par département et par filière, dans l’édition 2016 du mémento « L’Agriculture bio en Rhône-Alpes, repères 2015 », très prochainement en ligne sur www.corabio.org.

L’appel à participation pour la campagne de promotion des produits bio en circuits courts « Manger Bio et Local, c’est l’idéal » 2016 est lancé ! La campagne aura lieu cette année du 17 au 25 septembre, en partenariat avec Bioconvergence afin de communiquer sur notre message au plus grand nombre, dans des lieux de consommation de produits bio de proximité (fermes, marchés, restaurants collectifs, magasins de producteurs, restaurants bio, magasins spécialisés…). Les bulletins d’inscription et documents d’information pour pouvoir participer à la campagne et bénéficier des outils de communication sont disponibles auprès de l’ADABio, l’ARDAB, Agribiodrôme et Agri Bio Ardèche,ainsiqu’à Bioconvergence. Tous les producteurs bio en circuits courts peuvent s’inscrire jusqu’au 20 mai.

Le nouveau numéro de Terroirs bio a été publié le 24 mars et diffusé à 21 000 exemplaires. Le dossier technique de ce neuvième numéro porte sur la viande bovine bio, en plein développement dans notre région Auvergne-Rhône-Alpes. Des portraits de fermes récemment converties à la bio, des témoignages de conseillers techniques et des clés pour réussir sa conversion illustrent ce dossier. Les zooms filières concernent celle des Plantes à Parfum Aromatiques et Médicinales, pour lesquelles il existe une forte demande en bio, ainsi que celle des ovins, lait et viande, encore à petite échelle mais qui grandit vite. Enfin, l’interview de l’eurodéputé Michel Dantin permet de faire le point sur la révision de la réglementation bio européenne en cours. Ce numéro est consultable sur le site www.corabio.org.

L’Assemblée Générale de Corabio aura lieu le jeudi 14 avril à 14h30 dans les locaux  de la Mairie de Roussillon en Isère. Largement ouverte à tous les producteurs bio et partenaires, elle se composera de l’Assemblée Générale statutaire avec notamment le rapport d’activités, et sera suivie d’un apéritif bio local.

Bulletin d'inscription

Plan d'accès

rcbio2016

La semaine dernière, les sénateurs ont retiré l'objectif de 20% de bio inscrit initialement dans la proposition de Loi sur l'ancrage territorial. L'argument invoqué est que les filières bio seraient incapables de fournir des volumes suffisants et que cela conduirait donc à des importations... Il est temps de rétablir la vérité sur cet argument trop souvent entendu.

 

telecharger > le communiqué de la FNAB

La semaine dernière, les sénateurs ont retiré l'objectif de 20% de bio inscrit initialement dans la proposition de Loi sur l'ancrage territorial. L'argument invoqués est que les filières bio seraient incapables de fournir des volumes suffisants et que cela conduirait donc à des importations... Il est temps de rétablir la vérité sur cet argument trop souvent entendu.

La Semaine pour les alternatives aux pesticides organisée par l’association Générations Futures est un événement national et international annuel pour informer sur l’impact des pesticides sur l’environnement et la santé. Elle a aussi, et surtout, pour vocation de promouvoir les alternatives existantes avec l’agriculture biologique au premier plan. Du 20 au 30 mars, soit pendant les 10 premiers jours du printemps, période de reprise des épandages, tout le monde est invité à s’informer et à se mobiliser sur ce sujet au travers de centaines  de manifestations. La FNAB est partenaire de l’événement et des animations ont lieu dans toute la France pour promouvoir l’agriculture biologique comme la meilleure alternative à l’utilisation des pesticides.

Vous pouvez inscrire un événement et retrouver le programme en Auvergne Rhône-Alpes sur : www.semaine-sans-pesticides.com.

Retrouvez également la nouvelle étude de Générations Futures sur l’exposition aux pesticides des riverains de zones cultivées : http://www.generations-futures.fr/exppert/analyses-poussiere/.

Suite au rapport de la députée Brigitte Allain intitulé “Et si on mangeait local ?”, une proposition de loi sur l’ancrage territorial a été adoptée à l'unanimité par l’Assemblée nationale jeudi 14 janvier. La FNAB (Fédération nationale des agriculteurs bio) a suivi de près les négociations et été force de proposition auprès des députés et du gouvernement.

Le texte prévoit :
• De rendre obligatoire pour les restaurants collectifs publics (collectivités territoriales, État et établissements publics) des approvisionnements à hauteur de « 40 % en produits durables, dont 20 % de produits bio d’ici le 1er janvier 2020”.
• La mise en place d’un observatoire national et d’observatoires régionaux de l’alimentation et des circuits courts et de proximité. Ces observatoires doivent notamment élaborer des outils méthodologiques à destination des organismes publics et privés du secteur de la restauration collective pour la mise en œuvre de cette loi.
• Les Plans Régionaux d’Agriculture Durable deviennent les Plans Régionaux d’Agriculture et d’Alimentation Durable.
• L’intégration de l’alimentation durable dans les politiques de Responsabilité Sociétale des Entreprises du secteur privé.
• L’extension du dispositif « fait maison» aux restaurants collectifs.
Par ailleurs, il est prévu que le gouvernement remette au Parlement, au plus tard le 1er janvier 2017, un rapport évaluant les moyens supplémentaires nécessaires aux établissements pour introduire des produits « durables ».


Le texte doit désormais être discuté au Sénat le 9 mars prochain. A suivre donc !

A Villeneuve de Marc, dans le Nord-Isère, Mathieu souhaite reprendre la ferme du Perroux et s’installer en élevage porcin et bovin allaitant bio. Pour maîtriser la qualité et la valorisation de ses produits, il va transformer la viande à la ferme et la commercialiser en circuits-courts. Ce projet est un bon exemple de transmission entre des cédants qui partent à la retraite et un jeune souhaitant se lancer. Pour qu’il aboutisse, Terre de Liens travaille à l’achat de cette ferme en faisant appel au financement solidaire. La ferme sera ensuite louée à Mathieu. 175.000 € ont déjà été collectés, restent 100.000 € à collecter avant fin mars. Vous pouvez contribuer à ce projet via l’épargne (en souscrivant une action solidaire) ou par le don, en précisant bien « Projet Le Perroux ».

Retrouvez le projet, un film de présentation et les informations pratiques en ligne sur : www.terredeliens.org/le-perroux

Salon-des-vins-bio-en-Rhône-Alpes
 

Venez visiter le 1er salon des vins bio de Rhône-Alpes organisé par l'association des vignerons bio en Rhône-Alpes créée par un petit groupe de vignerons du nord de la Vallée du Rhône.

Plus d'info sur : www.vigneronsbio.fr

Primevère, le salon-rencontres de l’alter-écologie, fêtera ses 30 ans du 26 au 28 février à Lyon-Eurexpo. Le réseau Corabio proposera cette année un programme animé sur la salle Info AB. Vendredi 26, l’ARDAB et Corabio vous invitent à un débat-mouvant sur le défi « Familles à Alimentation Positive » à 20h. Samedi 27, une « visite guidée » sera proposée à la découverte des produits bio de Rhône-Alpes-Auvergne à travers une conférence déambulatoire démarrant à 11h15 et 15h15 et un atelier cuisine sur les légumes d’hiver en crudités sera animé par Philippe Galley, diététicien-nutritionniste de Corabio. Dimanche 28, les rendez-vous du changement concret se dérouleront en salle Info AB, un format original et participatif, de type speed-dating permettant l’échange avec les associations Corabio, Enercoop Rhône-Alpes, La NEF et La Gonette, puis une conférence « Découvrir les vins bio… à vélo, des Alpes au Caucase » se tiendra à 13h suivie par la conférence « Devenir paysan bio, pourquoi pas moi ? » à 15h. Tout au long du salon, retrouvez le réseau Corabio à la salle Info AB pour en savoir plus l’agriculture biologique à travers un jeu-quizz « Venez jouer au Biooster et testez votre culture bio ! ».