« Manger Bio et local, c’est l’idéal® » est une campagne de promotion et de sensibilisation organisée par le réseau Corabio qui a lieu du 20 au 28 septembre 2014. Cette campagne a pour objectif d’informer et de sensibiliser sur les avantages de consommer des produits bio via les circuits-courts et la vente directe à travers un programme d’événements organisés en Rhône-Alpes dans les fermes et sur les lieux de vente (visite de ferme, marchés, cueillettes, dégustations, repas, jeux, expositions, conférences…). Vous êtes producteur bio et vous commercialisez en circuits courts ? Participer à cette campagne peut vous intéresser pour promouvoir votre activité à la fois bio et locale ! Afin de vous signaler dans le programme et de bénéficier des moyens de promotion mis en place, nous vous invitons à compléter le bulletin de participation en ligne avant le 16 juin 2014 : http://tinyurl.com/bioetlocal.

> Plus d’info sur la campagne : www.bioetlocalcestlideal.org

L’association Générations Futures vient de rendre publics les résultats de sa 3ème enquête (rapport EXPPERT 3) portant sur l'exposition de la population aux pesticides Perturbateurs Endocriniens (PE). Le rapport s’intéresse ici tout particulièrement à l’exposition des jeunes enfants vivant ou allant à l’école dans des zones agricoles, via l’analyse, par un laboratoire de recherche indépendant, d’une mèche de leurs cheveux. 30 enfants ont participé à cette enquête entre octobre et décembre 2013 et les analyses réalisées début 2014. 53 pesticides suspectés d’être des PE ont été recherchés. Résultats : « La présence de plus de 21 substances pesticides Perturbateurs Endocriniens dans les cheveux analysés montre bien que dans la réalité nos enfants sont exposés à des cocktails importants de ces substances. » déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

> Télécharger le rapport EXPPERT 3

Une trentaine de professionnels, de toute la région, dont une quinzaine d’agriculteurs, se sont réunis à Anjou en Isère le 29 avril lors de la journée technico-économique sur les fraises bio, organisée par le réseau Corabio et Bioconvergence Rhône-Alpes. Ceux qui souhaitent implanter des fraisiers bio ont pu ainsi obtenir des conseils de producteurs et techniciens, et observer des variétés. Les débouchés et leurs complémentarités ont été discutés entre grossistes, transformateurs et producteurs. L’autocueillette permet d’offrir une grande fraicheur à un prix particulièrement accessible. En circuit long, le marché est encore fluctuant, developper l’offre permettrait de continuer à faire progresser la demande et de la regulariser. Des distributeurs et transformateurs recherchent des fournisseurs et sont prêts à entendre leurs attentes.

consoude 1Corabio est signataire de l’appel de l’ASPRO-PNPP (association pour la promotion des préparations naturelles peu préoccupantes) pour la défense d’une agroécologie paysanne. L’ASPRO-PNPP organisera deux caravanes itinérantes à travers la France du 8 au 12 mai dans l’objectif de sensibiliser les élus locaux et les citoyens au sujet de la Loi d’Avenir Agricole actuellement en discussion au Parlement. Les droits de propriété intellectuelle sur le vivant et la loi sur la contrefaçon fragilisent les actes millénaires de la vie agricole comme la production à la ferme par l'agriculteur de ses semences, de ses animaux ou de ses préparations naturelles destinées aux soins des sols, des plantes, des animaux ou à ses transformations fermières. Les paysans bio ont besoin de ces pratiques favorables à l’autonomie des fermes et au maintien d’une agriculture paysanne dynamique de nos territoires rhônalpins.

Retrouvez le programme des Caravanes sur le site : http://www.aspro-pnpp.org 

Dans le cadre du Printemps BIO, première quinzaine de juin, de nombreuses actions de sensibilisation et d'information sur l'agriculture biologique sont organisées dans toute la France.
Ces actions, coordonnées par Corabio et Bioconvergence en Rhône-Alpes, sont mises en place grâce à l'implication de tous les acteurs sur le terrain : animateurs, agriculteurs, transformateurs bio, distributeurs, restaurateurs, enseignants, collectivités locales... Différentes actions d'information et de sensibilisation sur l'agriculture biologique peuvent être mises en œuvre : portes ouvertes dans les fermes et les entreprises, animations ou mises en avant des produits bio sur les lieux de vente, marchés, foires,..., actions de sensibilisation des plus jeunes en milieu scolaire ou péri-scolaire, repas bio en restauration collective et commerciale, conférences et expositions, animations destinées à un public professionnel (visites techniques, rencontres professionnelles...). Inscrivez-vous dès maintenant pour organiser une animation via votre Contact en région.

Une centaine de foyers soit plus de 200 personnes participent actuellement au défi Familles à alimentation positive en Rhône-Alpes. Depuis janvier, les participants ont découvert les fondements de l’agriculture biologique, l’intérêt nutritionnel des produits bio, et quelques recettes de saison faciles à mettre en œuvre de protéines végétales et de fruits et légumes bio locaux. D’autres temps forts vont être réalisés prochainement : visites de ferme, jardinage, soirées jeux. Des dynamiques au sein des équipes se sont créées avec des échanges de recettes, des réflexions sur des achats groupés et l’organisation de repas partagés. D’après l’analyse des achats des foyers, en moyenne 25% des produits bio achetés sont rhônalpins, l’objectif pour la suite du défi est donc d’augmenter progressivement ce chiffre sans pour autant augmenter le budget.

La procédure de révision des règlements bio européens se poursuit : le 1er projet de texte a été présenté fin mars au Conseil Européen, il sera débattu au Parlement en septembre, pour un vote du texte final courant 2015. Sur le fond, l’objectif est de s’orienter vers un renforcement des exigences bio avec la suppression de la quasi-totalité des dérogations : ce qui est positif, car on évite ainsi l’option « bio allégée » répondants aux attentes du marché, qui fut un temps envisagée. Reste à voir dans le détail ce que cela impliquera concrètement pour les fermes bio françaises. D’ores et déjà, nos associations de producteurs bio se préparent à œuvrer à une nouvelle page importante de l’histoire de la bio, en lien avec la FNAB, notre fédération nationale, et nos collègues paysans bio européens !

JTE FRAISES 290414Le réseau Corabio et Bioconvergence organisent une journée technico-économique régionale sur la fraise bio qui aura lieu le mardi 29 avril 2014 à Anjou-en-Isère. L’objectif est de réunir des producteurs ou porteurs de projet souhaitant éventuellement débuter une production de fraise bio pour leur présenter des opportunités de débouchés et des solutions techniques, notamment sur la gestion des maladies. Les producteurs de fraises bio, conseillers, techniciens, distributeurs et transformateurs sont invités également. Les échanges s’appuieront sur des témoignages de professionnels de la filière : Agrobiodrom, Terre Adelice, Dominique Roybon, producteur bio, le GIE des producteurs de fruits rouges des Monts du Velay et Cedric Chevalier de la Chambre d’Agriculture du Rhône. La visite de l’exploitation d’Eric Rozier, qui cultive 1,5 ha de fraisiers bio, à destination des circuits longs, clôturera la journée.

 

telecharger > le programme et bulletin d'inscription

Le jeudi 3 avril, Corabio et Bioconvergence Rhône-Alpes tiendront leur assemblée générale respective au lycée agricole de La Côte-Saint-André (38).

telecharger > le programme

Une « Ruche qui dit Oui ! » 100% bio est en construction sur Saint-Priest (69). La « Ruche qui dit Oui ! » est un outil de vente en ligne créé en septembre 2011 pour favoriser les circuits courts (300 Ruches en France). Le site internet particulièrement innovant favorise les échanges directs entre producteurs locaux et communautés de consommateurs qui se retrouvent régulièrement lors de  marchés éphémères. Derrière chaque ruche, il y a un responsable et une initiative entrepreuneuriale ou associative qui participe au développement économique et social local. Côté écran, les membres de la Ruche pré-commandent leurs produits en ligne et les récupèrent lors des distributions. Les producteurs bio (légumes, fruits, produits laitiers, viandes, œufs,…) et consommateurs rhônalpins peuvent rejoindre la Ruche 100% bio de Saint Priest en s’inscrivant en ligne sur la page internet.

L’assemblée générale d’Agribiodrôme s’est tenue le 27 février dernier à Eurre et a rassemblé une cinquantaine de personnes. Organisée en deux temps, elle a permis de faire le bilan d’une année 2013 chargée et d’engager un débat sur l’énergie dans les fermes. Parmi les nouveautés 2013 présentées : les résultats de la campagne Bio et Eau ont permis de toucher 90 agriculteurs, dont certains se convertissent ; un point de vente collectif sera ouvert en avril après un an d’accompagnement d’Agribiodrôme ; des démarches liées à l’alimentation ont vu le jour (20 familles à alimentation positive et 4 collèges suivis en restauration collective). Jean-Pierre Brun, du bureau d’études Domelio a ensuite brossé le contexte énergétique dans lequel s’inscrit l’activité agricole avec ses enjeux en consommation, comme en émission. Il a montré le rôle important que peut prendre l’agriculture et notamment la bio dans la contribution au captage du CO2 et à la réflexion d’une autonomie nouvelle en énergie. Plusieurs exemples ont illustré ces points (méthanisation, photovoltaïque, agro carburants de la ferme…). La Biovallée a également montré son engagement à ce sujet pour aller vers une transition de plus en plus cruciale. Des fermes de démonstration en autonomie énergétique ont même été imaginées…

Au niveau européen, les 19 états membres opposés à l’autorisation de mise en culture d’un deuxième maïs OGM (le TC1507 de Pionneer) ne sont pas parvenus à obtenir la majorité qualifiée (73.9 % des votes) au Conseil Européen mi-février. La Commission Européenne devra donc trancher mais semble hésitante : d’une part face à l’impopularité toujours plus forte des OGM dans l’opinion, d’autre part, du fait du recours au tribunal administratif de l’UE annoncé par plusieurs Etats membres pour les mêmes motifs de non-respect de la procédure qui avaient permis l’annulation de l’autorisation de mise en culture de la pomme de terre Amflora. En France, à l’approche des premiers semis du maïs, et après l’échec d’un projet de loi anti-OGM au Sénat, les ministres de l’agriculture et de l’écologie ont soumis à la consultation du public un projet d’arrêté interdisant la culture du MON810.

> Accéder à la consultation en ligne

A partir de 2015, dans le cadre de la future PAC, les aides à l’agriculture biologique relèveront du « second pilier », dédié au développement rural. L’aide à la conversion devrait être accessible à tous pour une durée de 5 ans sur l’ensemble du territoire. En revanche, concernant l’aide au maintien (pour les fermes ayant achevé la phase de conversion), l’hypothèse d’une limitation a été évoquée à plusieurs reprises par le ministère : aide attribuée uniquement pour 5 ans ou selon certains critères de priorisation. Auparavant, cette aide était accessible à toutes les fermes bio, sans limitation de durée, ni critères restrictif d’éligibilité. Face à ce danger majeur pour le développement de l’agriculture bio et la pérennité des filières bio régionales, Corabio a écrit à M. Jean-Jacques Queyranne, président du Conseil Régional, et à M. Gilles Pelurson, DRAAF de Rhône-Alpes, pour leur communiquer l’inquiétude forte des producteurs bio, leur opposition ferme à l’hypothèse d’une telle limitation et leur motivation pour travailler avec eux à la définition de modalités de soutien pérennes et efficaces pour les producteurs bio de Rhône-Alpes.

corabio-ieraCorabio et IERA (Info Energie Rhône-Alpes) ont signé une charte d'engagement jeudi 13 février lors de la rencontre des entreprises participant à l'opération Manger Bio
Local en Entreprise. Le partenariat entre ces deux associations rhônalpines a pour but de proposer aux particuliers une démarche qui vise à interroger leur modes de consommation et d'alimentation, pour mieux prendre en considération les impacts des modes de production, de distribution et de consommation sur l’environnement. Cette charte précise ainsi la manière dont IERA et Corabio s'organisent pour traduire dans des initiatives communes leur convergence d'objectis : animations "éco-conso" pendant la semaine du développement durable en restauration d'entreprise, défis "Familles à alimentation positive" et "Familles à énergie positive", annuaires en ligne de l'éco-consommation et des producteurs bio en vente directe...  La réflexion et les changements qu'entendent susciter IERA et Corabio à travers la sensibilisation des citoyens en les rendant responsables et acteurs de leurs actions concourent à la mise en oeuvre d'une transition écologique.