Valence Romans Agglo met à disposition 3 parcelles agricoles bio de 2 ha chacune à des porteurs de projet en test ou installation agricole progressive, à Romans sur Isère.

Réunion d'info le 30 octobre à 14h au Lycée Terres d'Horizons.

>> Télécharger la brochure d'information

 

cc Association Agribiodrôme Terre de liens Rhône-Alpes FRAB AuRA

Plus d'infos : http://www.produire-bio.fr/…/Plaquette-Appel-à-candidature-…

Journée régionale grandes cultures bio le 27 novembre :

Des débouchés pour une rotation diversifée en circuits courts et  en circuits longs

Télécharger le programme

L'ARDAB recrute son/sa Chargé(e) de mission Restauration collective et territoire en AB : voir l'offre d'emploi

Agri Bio Ardèche recrute un service civique "Promotion de l'agriculture biologique en circuits courts sur le
territoire ardéchois"
: voir l'offre d'emploi

MBIM cherche son chargé de développement produits et réseau : voir l'offre d'emploi

L'ADABio recute son (sa) conseiller(e) technique en arboriculture, petits fruits et maraichage (H/F) : voir l'offre d'emploi

Bio A Pro recrute son (sa) responsable qualité : voir l'offre d'emploi

Dans le cadre d’une mobilisation nationale de tout le réseau des producteurs bio, près de 200 agriculteurs se sont rassemblés le 8 novembre dernier à Rennes "pour la défense de l'agriculture biologique en Bretagne". Le même jour à Nancy, ce sont entre 200 et 250 producteurs bio de la région Grand Est qui se sont rassemblés pour protester contre la suppression des aides au maintien, soutenus par des militants d'associations de protection de l'environnement. Partout, le message est clair : le choix du Ministre de l’Agriculture de "recentrer" les aides à l'agriculture biologique sur le soutien aux nouveaux producteurs et de confier aux régions le financement des aides dites “au maintien” des producteurs bio est une décision incompréhensible, qui peut briser la dynamique des conversions à la bio sans précédent de 2015 et 2016.

“C’est un gros retour en arrière”, se désole l’un des manifestants bretons. “On n’arrête pas de nous parler de santé publique et d’environnement et résultat, on supprime des aides aux agriculteurs qui œuvrent pour le bien de la planète”. Cette décision est d’autant plus regrettable que les produits bio sont plébiscités par les consommateurs.

A travers la FNAB, l’ensemble des organisations de producteurs biologiques défend un objectif de 20% de surfaces en bio en 2022, appelant la mobilisation rapide des 200 millions d'euros annoncés par le président Emmanuel Macron pour la rémunération des services environnementaux, avec un fléchage attendu vers l’agriculture biologique.

>> Pour en savoir plus, voir ici le communiqué de presse FNAB du 07/11/2017