A destination de tous les agriculteurs, conjoints collaborateurs, aides familiaux, cotisants solidaires, et aux personnes en cours d'installation.
Pour les producteurs bio installés, il est demandé d'être adhérent au réseau bio d'Auvergne-Rhône-Alpes (Bio 15, Bio 63, Haute Loire Bio, Allier Bio, Agribiodrôme, Agri Bio Ardèche, ARDAB, ADABio).
Pour les salariés agricoles ou pour tout autre public, l'inscription est possible mais dépend du nombre d'inscrits.

La formation "Consolider son installation en arboriculture bio : des chiffres clés pour une installation réussie "
aura lieu le lundi 12 mars 2018 à Lempdes (63)

Au cours de cette formation, à partir d'exemples concrets, d’échanges et d'exposés de l'intervenant, nous aborderons les points suivants :

  • Les investissements de base indispensables et les « plus » qui aident à bien démarrer : quels investissements pour quels retours ?
  • Les charges d’exploitations : les identifier et avoir une idée des montants
  • Le temps de travail :
    - Calendrier de travail à l’année, par atelier
    - Créer ses propres références pour préparer les années à venir     
    - Savoir déléguer, embaucher quand il y a besoin : comment ? dans quel cadre ?
  • La commercialisation :
    - Les différents modes de commercialisation, combien de temps cela prend-il ?
    - Les prix observés en local
    - Combien coûte la transformation de mes fruits ?
  • Connaitre mon cout de revient pour élaborer mon prix de vente

Inscription obligatoire
> Télécharger le programme complet et le bulletin d'inscription

A destination des arboriculteurs et producteurs de petits fruits

 

Vous pratiquez déjà les préparations à base de plantes ?
Nous vous invitons à un séminaire qui se focalisera sur le soin du sol par les plantes pour fortifier les arbres fruitiers et les productions de petits fruits.

Venez vous informer, échanger et témoigner !

Le jeudi 22 mars 2018, de 9h00 à 18h00 avec :

  • Eric Petiot (auteur de Purin d’ortie et compagnie),
  • Pascal Dantinne (formateur en agroécologie à Terre et humanisme),
  • Hervé Covès (expert de la biodiversité et des écosystèmes)

Lieu : Salle de réunion de Gotheron à Saint-Marcèl-les-Valence (26)

Covoiturage organisé et possibilité de navette depuis Valence TGV

 

Au programme :

Accueil à partir de 8h45

9h-12h : Cycle de conférences

  • Purin / Basalte / Microorganisme : un équilibre du sol par Eric Petiot
  • Les litières forestières fermentées comme fortifiants du sol par Pascal Dantinne
  • Les purins et biodiversité pour favoriser les relations nature sauvage-culture par Hervé Coves

Repas

14h-18h : Ateliers tournants

  • Connaitre son sol : mesures de certaines propriétés
  • Apportez vos échantillons de sol pour effectuer les mesures !
  • Préparations de litières forestières fermentées
  • Méthode d’échantillonnage de la litière forestière et de gestion de la fermentation.
  • Agencement de la parcelle pour y favoriser la circulation des organismes
  • Partage de savoir-faire entre participants sur les préparations à base de plantes


Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 07 85 03 50 01

Inscription obligatoire

> Télécharger le bulletin d'inscription

Dans le cadre d’une mobilisation nationale de tout le réseau des producteurs bio, près de 200 agriculteurs se sont rassemblés le 8 novembre dernier à Rennes "pour la défense de l'agriculture biologique en Bretagne". Le même jour à Nancy, ce sont entre 200 et 250 producteurs bio de la région Grand Est qui se sont rassemblés pour protester contre la suppression des aides au maintien, soutenus par des militants d'associations de protection de l'environnement. Partout, le message est clair : le choix du Ministre de l’Agriculture de "recentrer" les aides à l'agriculture biologique sur le soutien aux nouveaux producteurs et de confier aux régions le financement des aides dites “au maintien” des producteurs bio est une décision incompréhensible, qui peut briser la dynamique des conversions à la bio sans précédent de 2015 et 2016.

“C’est un gros retour en arrière”, se désole l’un des manifestants bretons. “On n’arrête pas de nous parler de santé publique et d’environnement et résultat, on supprime des aides aux agriculteurs qui œuvrent pour le bien de la planète”. Cette décision est d’autant plus regrettable que les produits bio sont plébiscités par les consommateurs.

A travers la FNAB, l’ensemble des organisations de producteurs biologiques défend un objectif de 20% de surfaces en bio en 2022, appelant la mobilisation rapide des 200 millions d'euros annoncés par le président Emmanuel Macron pour la rémunération des services environnementaux, avec un fléchage attendu vers l’agriculture biologique.

>> Pour en savoir plus, voir ici le communiqué de presse FNAB du 07/11/2017