Espace restaurants collectifs
Si vous êtes agriculteur bio et que vous souhaitez livrer la Restauration Collective, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

carotte

Pourquoi manger bio et local?

Restauration collective

Manger bio : impact sur l’environnement

L’agriculture biologique possède un cahier des charges très strict basé sur l’interdiction de l’utilisation de produits chimiques de synthèse, des OGM (Organismes Génétiquement Modifiés), la fertilisation organique des sols, la rotation des cultures et la lutte biologique. Ainsi, cette pratique agricole reconnue par la France et l’Union Européenne, est un mode de production respectueux de l’environnement pour les sols, la biodiversité, la qualité de l’eau et de l’air ou encore sur la consommation d’énergie. De ce fait, l’agriculture biologique est moins émettrice de Gaz à Effet de Serre (GES).

 

Manger bio : impact pour notre santé

En interdisant l’utilisation d’intrants chimiques de synthèse, les denrées alimentaires se retrouvent avec moins de résidus indésirables pour notre santé. Certaines études ont également démontré que les produits biologiques présentent des teneurs supérieures en : matière sèche, magnésium, fer, vitamine C dans certains légumes.

Les produits transformés biologiques garantissent aussi une fabrication sans additifs, conservateurs ou colorants chimiques de synthèse.

Environmental Health a réalisé une étude en 2017 qui démontre les bienfaits d’une alimentation biologique. Ainsi manger des produits issus de ce mode de production :

  • Réduit les risques d’obésité
  • Protège le développement cognitif de l’enfant
  • Préserve notre système neurologique
  • Limite la résistance aux antibiotiques
  • Diminue les risques de maladies chroniques

 

Manger bio : impact sur le tissu économique local

L’agriculture biologique génère environ 60 % de mains d’œuvre supplémentaires par rapport à l’agriculture conventionnelle (données de l’Agence Bio). Cette main d’œuvre concerne notamment les activités de transformation à la ferme et de vente en circuit-court des produits biologiques : 1 ferme sur 4 en agriculture bio se tourne sur ces activités. Les activités de surveillance du troupeau qui est accrue en AB, l’augmentation des passages dans les champs pour travailler le sol ou le désherber demandent aussi une main d’œuvre supplémentaire. D’après le recensement agricole réalisé en 2010, une ferme en AB embauche 2,40 UTA (unité de travail annuel) contre 1, 52 en conventionnel.

Soutenir  l’agriculture biologique en introduisant de manière croissante les produits issus de ce mode de production dans la restauration collective (RC) permet de recréer du lien entre la production locale bio et les convives en :

  • Soutenant des fermes locales qui créent de l’emploi et de la valeur ajoutée
  • Permettant à la valeur ajoutée de rester sur le territoire
  • Développant les contacts et les échanges entre agriculteurs et consommateurs

 

Manger bio : de nombreux impacts à valoriser

  • L’éducation au goût : Le public large des restaurants collectifs (de la petite enfance en allant jusqu’aux personnes âgées) en fait des lieux propices pour instaurer des habitudes alimentaires durables. En réduisant la consommation de protéines animales, en augmentant celles végétales, en s’habituant dès le plus jeune âge au goût des produits laitiers fermiers, aux légumes et fruits frais, c’est faire des convives des acteurs de la transition alimentaire !
  • Le bien-être animal : En mangeant des produits biologiques, nous impactons sur notre santé mais également sur le bien-être animal. A travers son cahier des charges strict, l’agriculture biologique garantit l’accès à l’extérieur aux bovins, aux ovins, aux porcs, aux volailles… Mais également une densité d’animaux par surface de bâtiments moins importante que dans l’agriculture conventionnelle, une alimentation bio et variée, l'interdiction d'utilisation de médicaments chimiques de synthèse à des fins de traitement préventif, c'est l'ensemble de ces règles qui garantissent une viande bio et un respect du bien-être animal. 
  • La valorisation du travail de cuisinier : Pour bien cuisiner, des bons produits sont essentiels ! Cuisiner des produits frais et issus des fermes locales, innover dans les recettes, travailler avec la saisonnalité, éviter de gaspiller, les enjeux pour les cuisiniers sont nombreux mais sont sources de valorisation de ce métier. En les accompagnant et en les formant, il est important de leur redonner goût à la cuisine.
  • Préserver la santé des agriculteurs : L’impact des pesticides sur la santé des agriculteurs n’est plus à démontrer. Tous ceux directement exposés à ces produits encourent des risques sur leur santé. A travers l’agriculture biologique avec son interdiction d’utiliser de tels produits, nous pouvons protéger ces personnes.

Les arguments pour manger bio sont très nombreux ! Faites comme nous, mangez bio et local !

 

Source :

Guide pratique pour une restauration collective bio et locale  ; Ouvrage de D. Ducoeurjoly et C.Dupetit ; Territorial Editions

Les enfants à table  Accélérer la transition alimentaire dans les cantines scolaires ; Ouvrage de E. Etienne et A. Ostrowski  (13 janvier 2020, Terranova)