Bonne nouvelle pour la bio : les surfaces cultivées avec des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM) en Europe diminuent de 19 %, passant de 134 473 hectares en 2014 à 108 852 hectares en 2015. Les agriculteurs espagnols se désintéressent des OGM, ainsi que ceux de République Tchèque, de Slovaquie et de Roumanie. En parallèle, 17 pays de l’Union européenne, dont la France, ont adopté le moratoire nouvelle formule au cours des derniers mois, en refusant sur leur territoire le seul OGM actuellement autorisée à la cutlure (le maïs MON810), mais aussi les sept OGM en cours d’autorisation.
Rappelons cependant que des OGM, comme le soja, continue d’être massivement importés sur le territoire européen pour nourrir le bétail… De plus, les OGM transgéniques cachent d’autres OGM pour lesquels aucun registre n’est obligatoire : les plantes rendues tolérantes aux herbicides par mutagénèse. Ces plantes ne sont pas considérées par le législateur comme des ''OGM''. En France, ces OGM mutés sont des colzas et des tournesols rendus tolérants à différents herbicides.