rss
Inscrivez vous
Veuillez recopier les 3 caractères captcha 
 
 
 
 

Dans le cadre d’une mobilisation nationale de tout le réseau des producteurs bio, près de 200 agriculteurs se sont rassemblés le 8 novembre dernier à Rennes "pour la défense de l'agriculture biologique en Bretagne". Le même jour à Nancy, ce sont entre 200 et 250 producteurs bio de la région Grand Est qui se sont rassemblés pour protester contre la suppression des aides au maintien, soutenus par des militants d'associations de protection de l'environnement. Partout, le message est clair : le choix du Ministre de l’Agriculture de "recentrer" les aides à l'agriculture biologique sur le soutien aux nouveaux producteurs et de confier aux régions le financement des aides dites “au maintien” des producteurs bio est une décision incompréhensible, qui peut briser la dynamique des conversions à la bio sans précédent de 2015 et 2016.

“C’est un gros retour en arrière”, se désole l’un des manifestants bretons. “On n’arrête pas de nous parler de santé publique et d’environnement et résultat, on supprime des aides aux agriculteurs qui œuvrent pour le bien de la planète”. Cette décision est d’autant plus regrettable que les produits bio sont plébiscités par les consommateurs.

A travers la FNAB, l’ensemble des organisations de producteurs biologiques défend un objectif de 20% de surfaces en bio en 2022, appelant la mobilisation rapide des 200 millions d'euros annoncés par le président Emmanuel Macron pour la rémunération des services environnementaux, avec un fléchage attendu vers l’agriculture biologique.

>> Pour en savoir plus, voir ici le communiqué de presse FNAB du 07/11/2017